Handicapé

Ce que j’en dis n’est pas assez intéressant pour être consigné. C’est de la vanité peu assaisonnée. Ça ne mérite pas que je fasse l’effort de retrouver les mots et de les arranger. Que je le veuille ou non je suis handicapé.

De l’espoir

Ce n’est pas de la fièvre
Ce n’est pas du tourment
Ce n’est pas d’habitude qui ne veut pas finir

C’est plutôt de l’espoir qui n’ose pas y croire
C’est plutôt la mémoire

Un étrange voyage

On avait le pouvoir mais on l’a épuisé à vouloir l’attraper, à vouloir lui donner un nom et une idée.

Ma vie s’était arrêtée, et je n’ai pas cessé de lui courir après, refusant de penser à la réalité. Je n’ai pas fait le choix de tout laisser tomber. J’ai juste décidé de m’éloigner de moi. C’était bien trop sérieux, beaucoup trop douloureux.

Je ne sais pas. En vérité j’ai fait un étrange voyage. Je me suis transformé, et pendant très longtemps je m’en suis contenté. Mais j’y ai-je gagné ? Un peu de vanité ?

Obligé d’essayer

Mais maintenant je sais il n’y a pas de mots pour raconter cela. J’aurai beau essayer ça ne sortira pas. J’aurai beau me fracturer le cœur, inspecter le passé, en appeler à l’invisible, ça restera de l’impossible à dire. Et pourtant je persiste à refuser cette évidence ? Disons je me sens obligé d’essayer, forcé de refuser cette impossibilité. Et ça, quand on y pense, c’est quand même bizarre. Enfin je ne sais pas. C’est beaucoup trop tendu. Je ne vois pas comment je pourrais négocier.