Un peu anesthésié

C’est un monde solide, un peu anesthésié. Un monde qui se meurt sans cesser de penser que la réalité est juste à sa mesure, conçue pour le servir, n’ayant pas d’autre utilité ni même d’existence en-dehors de ce but. Un monde déplaisant, où il est conseillé de ne pas s’attarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *