Au cœur au ventre et au cerveau

Il est toujours question de tout remettre en cause. Le bon et le mauvais, les passions et les plaies… On occupe le ciel et on s’y trouve bien, quasiment admirable, en tous les cas utile.
Qu’importent les serments qu’on avait échangés ? La culpabilité a tout laissé tomber. Oh oui c’était charmant, c’était envahissant mais si désespérant, c’était tant de bonté qu’on ne peut l’oublier…
C’est resté gravé là, au cœur au ventre et au cerveau. Inutile de dire que ça le restera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *