Sans ironie

Non ce n’était pas la colère. Ce n’était pas non plus cet absurde dégoût. C’était plutôt la tentative sincère, désespérée, de suivre le modèle jusqu’au bout de son ambivalence, de ses contradictions. Sans ironie, sans jugement. Le jugement était là, bien sûr, mais il était conforme. Il était au service de la cause entendue, sans révolte, sans fièvre, au contraire appliqué à démontrer que la révolte était une sottise, une voie sans issue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *